Michel Symphor, l’ex-principal du collège des Grands-Champs de Poissy, a été condamné mercredi par la cour d’assises des Yvelines à dix ans de prison. Il a été reconnu coupable d’attouchements et de viols sur des adolescentes de son entourage.

Les débats à la cour d’assises des Yvelines, initialement programmés jusqu’à vendredi, ont duré moins longtemps que prévu. Le verdict est tombé mercredi soir. Michel Symphor, l’ex-principal du collège des Grands-Champs, a été condamné à dix ans de réclusion criminelle.

Six victimes dans ce dossier

Cet homme de 60 ans, jugé depuis lundi 11 mai à Versailles, a été reconnu coupable de viols et d’attouchements sexuels sur six adolescentes : quatre de ses nièces, sa filleule et une amie de sa fille. Les faits se sont déroulés entre 1992 et 2000, à son domicile de Poissy, dans la région de Toulouse (31) et en Martinique. L’affaire a éclaté fin 2011, après qu’une autre de ses nièces se soit plaint des SMS tendancieux que lui envoyait son oncle.

Durant toute l’instruction, l’ex-principal clamait son innocence, dénonçant un complot familial. Cette semaine, face aux jurés de la cour d’assises, il est revenu sur ses dénégations. Michel Symphor a finalement avoué la plupart des agressions sexuelles et reconnu à demi-mot les viols. L’accusé a demandé pardon aux victimes.

Durant le procès, les experts ont minimisé sa dangerosité, expliquant qu’il agissait de manière opportune et non comme un prédateur.

L’avocat de l’accusé «très satisfait» du verdict

«En détention, il se soigne», indique Me Arié Alimi, son avocat, «très satisfait du verdict». Mercredi soir, l’ex-principal est retourné à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy, où il est détenu depuis le 7 décembre 2011.«Il lui reste six ans à purger, j’espère qu’il sortira dans deux ans avec les remises de peine, poursuit son conseil. Sa famille s’est largement coupée de lui. Il finira ses jours de manière isolée.» Son nom a été inscrit aux fichiers des délinquants sexuels.

Source: Le Courrier des Yvelines